Le montage

Le montage vidéo ou photo permet de donner vie à vos images, de les transformer en histoire. Aujourd’hui, l’outil informatique a grandement facilité le montage et n’importe qui peut le réaliser soi-même. Des logiciels sont disponibles pour le grand public afin de réaliser les montages des films de famille ou ses propres fictions.

Clavier de montage non-linéaire

Clavier de montage non-linéaire

Il existe des bancs de montage linéaires et des bancs de montage non-linéaires. Les premiers films ne faisaient pas appel au montage ; on se contentait de présenter des plans-séquence. Avant l’ère du numérique (jusqu’au début des années 2000), pour monter soi-même ses vidéos, il fallait être équipé de magnétoscopes mais également d’un éditeur de montage, d’un mélangeur vidéo ainsi que d’une console de mixage et d’un multi effet.

Le montage linéaire nécessitait au moins deux magnétoscopes afin de lire et d’enregistrer. Il fut par la suite possible de mixer le son et d’utiliser un mélangeur vidéo pour réaliser des effets de base. C’est une méthode qui reste utilisée actuellement car elle est rapide et fiable mais elle ne permet pas d’accéder au contenu de façon directe, et l’enregistrement doit être arrêté chaque fois qu’une scène doit être rejouée.

Aujourd’hui, grâce au numérique, les stations de montage rassemblent tous les appareils en un seul. Le montage virtuel est devenu accessible grâce à l’informatique. Avec le montage non-linéaire, il est désormais possible de déplacer des séquences entières pendant le montage. On peut également travailler davantage les transitions et incorporer de véritables effets spéciaux. L’insertion de texte ou de graphisme devient également beaucoup plus simple.

Le film doit tout d’abord être construit ; c’est l’étape qui prend le plus de temps et elle correspond à la première version du film. A partir de cet « ours« , les raccords sont travaillés tout comme les différentes insertions. Le travail du son se fait de façon simultanée. Avec le numérique, il suffit désormais de transférer les données de son caméscope vers un ordinateur. Dans chaque plan, on repère les passages à garder ou à supprimer. Les points d’entrée et de sortie peuvent toujours être modifiés. Après avoir défini l’ordre des scènes, il reste à ajouter les transitions comme le fondu ou des effets plus élaborés. Le fichier final .avi peut être lu sur n’importe quel ordinateur après avoir été compressé. Certains logiciels sont gratuits et permettent d’intégrer des titres et des transitions, de modifier la vitesse, et d’insérer des effets spéciaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *