L’image

C’est au XIXe siècle que l’inventeur Joseph Nicéphore Niépce, réunira plusieurs procédés découverts bien auparavant, qui fixera sa première image sur des plaques d’étain. Après sa disparition, Jacques Mandé Daguerre reprendra les études de Niepce. Et c’est officiellement en 1839 que Daguerre découvre le principe du développement. La photographie vient de naître.

Image d'un appareil photo d'époque

Image d'un appareil photo d'époque

Nos appareils actuels fonctionnent sur le principe inventé par Daguerre et Niépce, mais en beaucoup plus amélioré. Les éléments de base du fonctionnement de l’appareil photographique réunissent, le viseur, le déclencheur, l’objectif, le diaphragme, l’obturateur et le film ou un capteur. Dès que l’appareil est déclenché, l’obturateur s’ouvre, il laisse passer la lumière dans l’objectif qui va capter l’image du sujet et l’imprimer sur le film ou sur le capteur numérique.

La photographie devient un témoin du temps, une représentation du réel. Un moyen de raconter l’histoire ou la travestir en utilisant des artifices. Des subterfuges multipliés par les possibilités qu’offre l’image numérique. Cette dernière, qui utilise le codage pixel, est aujourd’hui omniprésente dans la technologie actuelle ; photographie, télévision, cinéma.

Dans le numérique, l’image bitmap est le système de codage universel qui décompose la représentation graphique. Généralement les photos sont en 2D. Les points sont appelés, pixels. C’est l’image formées par nos ordinateurs. Les images en 3D sont représentées en volume, les points appelés sont des voxels. On le voit actuellement au cinéma ou sur certains téléviseurs offrant cette possibilité. L’image vectorielle réunit des formules géométriques et mathématiques. Avantagée par son faible stockage elle offre une transformation de l’image sans perdre en qualité, taille ou en couleur.

Le mélange des couleurs primaires, rouge, vert, bleu, mode RVB pour le langage informatique, permet de reproduire parfaitement la lumière visible sur un écran. On évoque la couleur (24 bits) qui code les valeurs RVB et se rapproche au plus prés de image réelle. Le stockage est lourd car la résolution est élevée. L’autre version, en 8 bits, prend peu de place mais la qualité de l’image est moindre. Nous pouvons faire un montage photo en décodant ses données numériques ; dimensions, type de codage, palette de couleurs etc. C’est ainsi qu’on obtient les transformations en format, JPEG, GIF, JPEG 2000, PNG, TIFF, SVG.

Avec la présence sur le marché de nombreux logiciels de montage photo, on peut aisément créer des effets, animer, colorier, redimensionner, former des diaporamas. C’est une porte ouverte à la création artistique et esthétique. La photographie devient un mode d’expression accessible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *